Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 12, 1838.djvu/391

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


religieuse : la présence du grand-maître contribuait encore à leur imposer ce recueillement solennel.

Les autres parties de la salle étaient occupées par des gardes armés de pertuisanes et par une foule de gens que la curiosité avait attirés pour voir en même temps un grand-maître et une sorcière juive. Et comme le plus grand nombre étaient des affiliés, presque tous étaient vêtus en noir, couleur distinctive de l’ordre.

Les habitants des campagnes voisines avaient également été admis ; car Beaumanoir s’était fait un devoir de donner la plus grande publicité possible à l’acte édifiant de justice qu’il allait exercer. Ses grands yeux bleus semblaient s’ouvrir encore davantage lorsqu’il promenait ses regards autour de lui, et sa physionomie paraissait animée d’une sorte d’orgueil produit par le sentiment intime de sa haute dignité et de l’importance du rôle qu’il allait jouer. Le chant d’un psaume, que lui-même accompagna d’une voix grave, sonore, et que l’âge n’avait pas dépouillée de tous ses agréments, annonça l’ouverture de la séance. Les sons religieux du Venite, exultemus Domino, si souvent chanté par les templiers avant d’en venir aux mains avec leurs ennemis, avaient paru au grand-maître les plus convenables pour célébrer par anticipation son triomphe, car c’est ainsi qu’il envisageait le meurtre d’une malheureuse juive, sur les puissances des ténèbres. Ces sons lentement prolongés, et produits par cent voix accoutumées à chanter en chœur, s’élevèrent jusqu’à la voûte de la salle, et se prolongèrent en ondes sonores le long de ses arceaux, semblables au bruit harmonieux et solennel d’une immense cataracte.

Lorsque les chants eurent cessé, le grand-maître parcourut lentement des yeux le cercle qui l’entourait, et remarqua que l’un des sièges réservés aux précepteurs était vacant. Brian de Bois-Guilbert, qui l’occupait d’abord, l’avait quitté, et se tenait debout à l’extrémité la plus reculée d’un des bancs sur lesquels étaient assis les simples chevaliers ; d’une main, il étendait son manteau comme pour cacher une partie de sa figure ; de l’autre il traçait avec la pointe de son épée, dont la poignée représentait une croix, des lignes sur le plancher de la salle.

« L’infortuné ! » dit le grand-maître en jetant sur lui un regard de compassion ; « tu vois, Conrad, quel trouble produit dans son âme l’œuvre pieuse qui nous rassemble. À quoi l’œil impudique d’une femme, aidé par le prince des puissances de l’enfer, ne peut-il pas porter un digne et vaillant chevalier ? Vois, il n’ose lever les