Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 12, 1838.djvu/376

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vrai perroquet ? Parle, Damien, nous te le permettons. Que viens-tu m’annoncer ?

— Noble et révérend père, un juif qui est à la porte demande à parler au frère Brian de Bois-Guilbert.

— Tu as bien fait de m’en informer. En notre présence, un précepteur n’est pas plus qu’un simple compagnon, à qui il n’est pas permis de marcher selon sa volonté, mais selon celle de son maître ; car que dit l’Écriture ? « Je lui ai parlé à l’oreille, et il m’a obéi ! » Puis se tournant vers Montfichet : « Il nous importe d’une manière toute particulière, Conrad, lui dit-il, de surveiller la conduite de ce Bois-Guilbert.

— La renommée le proclame un chevalier brave et vaillant, répondit Conrad.

— Et la renommée ne se trompe pas ; ce n’est qu’en valeur que nous n’avons pas dégénéré de nos prédécesseurs, les héros de la Croix. Mais le frère Brian est entré dans notre ordre par mauvaise humeur, comme un homme dont certaines vues terrestres ont été trompées ; il a, je le soupçonne fort, renoncé au monde et fait vœu de pauvreté, non par suite d’une vocation sincère, mais par suite de quelque désappointement. Il a toujours été un agitateur actif et ardent, un machinateur d’intrigues et de complots, enfin le chef de ceux qui murmurent contre notre autorité ; oubliant que le gouvernement de l’ordre est confié au grand-maître sous les symboles du bâton et de la verge : du bâton, pour soutenir le faible ; de la verge, pour châtier le coupable… Damien, amène ce juif en notre présence. »

L’écuyer se retira en faisant un salut respectueux, et revint, quelques moments après, suivi d’Isaac d’York. Jamais esclave amené devant quelque puissant prince n’approcha du pied de son trône avec des marques de vénération et de terreur plus grandes que n’en montra le Juif en s’avançant vers le grand-maître. Lorsqu’il fut à la distance d’environ trois verges, Beaumanoir lui fit signe avec son bâton de s’arrêter ; Isaac s’agenouilla, baisa la terre en signe de respect, puis s’étant relevé, se tint debout devant lui, les bras croisés sur la poitrine, la tête baissée, comme les coutumes de l’Orient le prescrivent au plus vil esclave.

« Retire-toi, Damien, dit le grand-maître ; donne l’ordre à quelques hommes d’armes de se tenir prêts à exécuter mes ordres au premier signal, et ne laisse entrer personne dans le jardin avant que nous en soyons sortis. » L’écuyer se retira. « Juif, » reprit Beau-