Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 12, 1838.djvu/365

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tieux, et le sang de Thomas Becket rougit les marches même du grand autel de la cathédrale d’York. Tracy ! Briton ! Morville[1] ! braves et loyaux sujets, vos noms et le courage qui vous animait sont éteints ; et quoique Reginald Fitzurse ait laissé un fils, ce fils n’a pas hérité de la fidélité et du courage de son père.

— Il a hérité de l’une et de l’autre, mon prince ; mais, puisque de Bracy ne veut pas se charger de l’exécution de cette périlleuse entreprise, il faudra bien que je m’en charge moi-même. Mon père a acheté bien cher la réputation d’ami zélé, et cependant la preuve de loyauté qu’il donna à Henri est bien au dessous de celle que je vais vous fournir ; car j’aimerais mieux attaquer tous les saints du calendrier que de lever la lance contre Cœur-de-Lion. Toi, de Bracy, je te laisse le soin de soutenir le courage chancelant de nos amis, et te confie la garde de la personne du prince. Si vous recevez des nouvelles telles que j’espère vous en envoyer, le succès de notre entreprise est assuré. » Puis, ayant appelé un page, il lui dit : « Cours chez moi, dis à mon écuyer de se tenir prêt ; dis aussi à Stephens Wetheral, à Broad Thoresby, et aux trois hommes d’armes de Spyinglaw, de se préparer à l’instant à me suivre ; que Hugh Bardon, le chef des éclaireurs et des espions, se tienne prêt aussi à recevoir mes ordres… Adieu, prince ; jusqu’à des temps plus heureux ! » Et il sortit.

« Il va faire mon frère prisonnier, » dit le prince Jean à de Bracy avec aussi peu de componction que s’il s’agissait d’un franklin saxon. « J’espère qu’il se conformera à mes ordres, et qu’il aura pour la personne de mon cher Richard tout le respect qui lui est dû. » De Bracy ne lui répondit que par un sourire. « Par le sourcil de Notre-Dame ! reprit le prince, je lui en ai donné l’ordre le plus formel, bien qu’il soit possible que vous ne l’ayez pas entendu, parce que nous étions dans l’embrasure de la fenêtre. Oui, je lui ai donné l’ordre très clair et très positif de veiller avec soin à la sûreté de Richard ; et malheur à lui s’il ne l’exécute pas fidèlement !

— Je ferais bien de passer chez lui, dit de Bracy, pour lui faire bien connaître les intentions de Votre Grâce ; car, comme vos ordres ne sont pas parvenus à mon oreille, il serait possible que lui-même ne les eût pas entendus.

  1. Reginald Fitzurse, Guillaume de Tracy, Hugues de Morville et Richard Briton furent les officiers de la maison de Henri II, qui, excités par quelques expressions que leur souverain laissa échapper dans sa colère, assassinèrent le célèbre archevêque Thomas Becket. a. m.