Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 12, 1838.djvu/330

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


butin à notre rendez-vous ordinaire du trysting-tree[1], d’Hart-Hill-Walk ; et à la pointe du jour nous en ferons un juste partage entre nous et nos dignes alliés, qui ont pris une si belle part à cet acte d’une juste vengeance. »


CHAPITRE XXXII.


Crois-moi, chaque état doit avoir ses lois : les royaumes ont leurs édits ; les cités ont leurs chartes ; l’outlaw lui-même conserve un reste de discipline civile ; car, depuis le jour où Adam entoura ses reins d’un tablier de feuillage, l’homme a commencé à vivre en société avec l’homme ; et les lois ont été faites pour rendre cette union plus étroite.
Ancienne comédie.


L’aurore éclairait déjà les parties les moins touffues de la forêt ; les perles de la rosée étincelaient sur chaque branche verdoyante ; la biche, quittant son gîte placé au milieu de la fougère élevée, conduisait son faon timide dans les sentiers plus couverts du bois, où aucun chasseur ne s’était encore rendu pour attendre au passage le cerf qui marche à la tête de son troupeau, le front paré de sa ramure majestueuse. Les outlaws étaient rassemblés autour du grand chêne d’Hart-Hill-Walk, où ils avaient passé la nuit pour réparer leurs forces après les fatigues du siège, les uns buvant, les autres dormant, plusieurs écoutant ou faisant eux-mêmes le récit des événements du jour, et calculant la valeur du butin que la victoire avait mis à la disposition de leur chef.

Les dépouilles étaient considérables ; car, bien que beaucoup d’objets eussent été la proie des flammes, une grande quantité de vaisselle plate, plusieurs riches armures, des vêtements splendides, étaient tombés au pouvoir des outlaws, qui, toujours prêts à donner des preuves de leur courage et de leur intrépidité, ne reculaient devant aucun danger lorsqu’il s’agissait d’un riche butin. Cependant les lois de leur société étaient tellement sévères, que l’idée ne vint pas à un seul d’entre eux de s’en approprier la moindre

  1. Tryste, mot écossais qui veut dire un lieu de rendez-vous pour une foire ou un marché. Ici trysting-tree est l’arbre au pied duquel Locksley invite ses compagnons à se réunir pour partager le butin ; autrement dit, l’arbre du rendez-vous. a. m.