Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 12, 1838.djvu/294

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


bouffons et des porchers osent envoyer un cartel à des nobles, quand on voit des hommes d’armes devenir garde-malades, de francs compagnons se tenir derrière les rideaux d’un lit, et encore dans le moment où l’on s’apprête à soutenir un assaut ! Aux murailles, misérables traînards ! » ajouta-t-il d’une voix qui fit retentir toutes les voûtes du château, « aux murailles ! ou je vous brise les os avec ma massue.

— Nous ne demandons pas mieux que d’y aller, » répondirent-ils d’un ton de mauvaise humeur, « pourvu que vous nous excusiez auprès de notre maître, qui nous a commandé de veiller sur le moribond.

— Le moribond ! animaux que vous êtes ! répliqua le baron : nous serons tous moribonds, je vous le garantis, si nous ne montrons pas plus de courage. Mais je vais vous faire relever de garde auprès de ce camarade, comme vous l’appelez… Holà ! Urfried !… la vieille !… ho ! fille de sorcière saxonne !… m’entends-tu ?… Va soigner ce malade, puisqu’il faut qu’il ait quelqu’un auprès de lui, pendant que j’emploierai ces gens-ci autre part… Allons, vous autres, voici deux arbalètes avec leurs tourniquets et des carreaux[1]. Vite, à la barbacane, et que chaque trait que vous lancerez s’enfonce dans une tête saxonne. »

Les deux écuyers, qui, de même que la plupart des soldats mercenaires, aimaient le mouvement autant qu’ils détestaient l’inaction, se rendirent gaîment à leur poste.

Ce fut ainsi qu’Ivanhoe se trouva confié à la garde d’Urfried ou Ulrique. Mais celle-ci, dont le sang bouillait au souvenir de ses injures, et dont le cœur n’était rempli que du désir de la vengeance, ne tarda pas à résigner entre les mains de Rébecca l’emploi que l’on venait de lui confier.

  1. Le tourniquet servait à bander l’arbalète, et le carreau était adapté à cette arme : on le nommait carreau, parce que la tête en était carrée, ou taillée en forme de diamant. a. m.