Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 12, 1838.djvu/192

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


présence du thane courroucé. L’âme du gardeur de pourceaux était émue de colère ; car il fut plus sensible au meurtre projeté contre son chien qu’au mauvais traitement qu’il avait reçu lui-même. Ayant essayé vainement de porter la main à ses yeux, il dit à Wamba, qui, voyant la mauvaise humeur de son maître, s’était prudemment tenu à l’écart ; « Je t’en prie, rends-moi le service de m’essuyer les yeux avec le pan de ton manteau ; la poussière me fait pleurer, et ces liens dont je suis chargé ne me permettent pas de faire le moindre mouvement. »

Wamba fit ce qu’il désirait ; et ils marchèrent quelque temps côte à côte en silence. Enfin Gurth ne fut plus maître de son émotion. « Ami Wamba, dit-il, de tous ceux qui sont assez fous pour servir Cedric, tu as seul le talent de lui rendre ta folie agréable. Va donc le trouver, et dis-lui que, ni par affection ni par crainte, Gurth ne le servira davantage. Il peut me faire flageller, me charger de fers, me trancher la tête ; mais il n’est pas en son pouvoir de me forcer à l’aimer et à lui obéir. Va donc lui dire que Gurth, fils de Beowulph, ne veut plus le servir.

— Assurément, dit AVamba, tout fou que je suis, je ne remplirai pas cet imprudent message. Cedric a une autre javeline fixée à sa ceinture, et tu sais qu’il manque rarement son but.

— Peu m’importe, dit Gurth, il peut en faire un de moi. Hier il laissa son fils Wilfrid, mon jeune maître, baigné dans son sang ; aujourd’hui il a voulu tuer en ma présence la seule créature qui m’ait jamais montré de l’attachement. Par saint Edmond, saint Dunstan, saint Withold, saint Édouard-le-Confesseur, et tous les autres saints du calendrier saxon (car Cedric ne jurait jamais par aucun saint qui ne fût d’origine saxonne, et tous ses gens l’imitaient en cela), je ne lui pardonnerai jamais !

— Cependant, à ce que je crois, « dit le bouffon, qui jouait fréquemment le rôle de conciliateur, « notre maître n’avait pas le projet de faire du mal à Fangs, il ne voulait que l’effrayer ; car, si tu l’as remarqué, il s’est dressé sur ses étriers comme pour faire passer sa javeline par dessus le chien, et son intention eût réussi sans un malheureux bond que l’animal a fait au même moment. Il n’a donc reçu qu’une égratignure qu’il me sera facile de guérir avec un emplâtre de poix de la largeur d’un penny[1].

— Si cela était vrai ! dit Gurth, si je pouvais le croire ! Mais non, j’ai vu partir la javeline, et elle était bien dirigée ; je l’ai entendue

  1. Monnaie de cuivre britannique, de la valeur de dix centimes. a. m.