Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 12, 1838.djvu/188

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Kent et mes faibles mérites, me mettent en état de le défier, lui ; sa queue et ses cornes. Mais, pour vous initier dans un de mes secrets, mon ami, je ne m’entretiens jamais de pareilles choses qu’après matines. »

Il changea alors de conversation, et tous deux se remirent à boire, à rire et à chanter ; joyeuse récréation qui durait depuis long-temps, lorsque soudain elle fut interrompue par de grands coups que l’on frappait à la porte de l’ermitage.

Pour expliquer la cause de ce bruit, nous allons retourner auprès d’un de nos autres personnages ; car, de même que le vieil Arioste, nous ne nous piquons pas d’accompagner sans cesse ceux de notre drame, et de faire marcher de front leurs diverses aventures.


CHAPITRE XVIII.


Partons ! notre voyage doit avoir lieu à travers le vallon et les broussailles, où le daim joyeux bondit près de sa mère timide ; où le chêne élevé, interceptant par ses rameaux les rayons du soleil, dessine une sorte de marqueterie en échiquier dans l’avenue tracée sur la verte pelouse. Levons-nous et partons, car ces sentiers sont agréables à fouler quand le soleil dans toute sa force est monté sur son trône ; ils sont moins riants et moins sûrs quand l’astre de Phœbé, de sa lueur douteuse, éclaire l’obscurité de la forêt.
La Forêt d’Ettrick.


Lorsque Cedric le Saxon vit son fils tomber sans connaissance dans l’arène à Ashby, son premier mouvement fut d’ordonner aux gens de sa suite de prendre soin de lui ; mais les paroles qu’il s’efforçait en vain de prononcer expirèrent sur ses lèvres : il ne pouvait prendre sur lui de reconnaître, en présence d’une si nombreuse assemblée, le fils qu’il avait banni et déshérité. Cependant il commanda à Oswald de ne pas perdre Ivanhoe de vue, et de prendre avec lui deux de ses serfs pour le transporter à Ashby dès que la foule se serait écoulée. Oswald fut devancé dans cette œuvre de miséricorde : la foule se dispersa en effet, mais il ne trouva plus le chevalier. Ce fut en vain que l’échanson de Cedric chercha partout son jeune maître : il suivit jusque dans sa tente les traces du sang qui