Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 12, 1838.djvu/137

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


connaissance de celle des voleurs, au métier desquels une semblable vertu paraît si étrangère. Le cours de ses réflexions sur des événements aussi singuliers fut néanmoins interrompu par la nécessité de goûter quelque repos que réclamaient les fatigues du jour précédent, et le besoin de se préparer au combat du lendemain. Il se mit donc sur une superbe couche dont sa tente était pourvue, et le fidèle porcher s’étendit sur une peau d’ours qui formait une sorte de tapis à l’entrée du pavillon, de manière que personne n’eût pu s’y introduire sans l’éveiller.


CHAPITRE XII.


Les hérauts cessent maintenant de parcourir la lice à cheval ; les trompettes font entendre leurs sons éclatants. Il ne reste plus rien à dire ou à faire ; mais de toutes parts on voit les lances en arrêt pour se précipiter au milieu des ennemis ; ici l’éperon pointu est poussé dans le flanc des coursiers, là vous voyez des jouteurs et des cavaliers ; ailleurs des javelots se brisent en éclats sur des boucliers ; la pointe se fait jour jusqu’au cœur ; les lances volent dans les airs à vingt pieds de hauteur ; les épées, brillantes comme l’argent, cherchent des casques à briser, des cuirasses à mettre en lambeaux ; le sang jaillit de toutes les plaies et forme de longs ruisseaux.
Chaucer.


Le jour reparut dans tout son éclat ; et avant que le soleil se fût un peu élevé sur l’horizon, les plus tardifs comme les plus empressés des spectateurs étaient accourus de toutes parts vers le cercle tracé autour de la lice, afin de s’assurer le poste le plus favorable pour voir les joutes qui allaient commencer. Les maréchaux du tournoi arrivèrent bientôt dans l’arène, suivis des hérauts d’armes, pour recevoir les noms des chevaliers qui se présenteraient pour combattre, et leur demander sous quel étendard ils voulaient se ranger. C’était une précaution nécessaire pour établir l’égalité entre les deux corps qui devaient être opposés l’un à l’autre.

Suivant l’usage, le chevalier déshérité, qui avait triomphé dans le dernier tournoi, devenait de droit le chef d’une des deux troupes, tandis que Brian de Bois-Guilbert, regardé comme celui qui,