Page:Œuvres de Chapelle et de Bachaumont.djvu/239

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LETTRE À MONSIEUR LE MARQUIS D’EFFIAT.

Vous mander qu’on est accueilli
Et traité des mieux à Sulli,
La chose vous est trop notoire,
Illustre marquis de Chilli.
Puis la chanson rôti, bouilli,
En est preuve si péremptoire,
Que l’on peut, sans avoir failli
Contre les maîtres de Sulli,
N’en rafraîchir point la mémoire.

Aussi nous ne vous écrivons
Et ne prenons notre écritoire
Que pour, ainsi que nous devons,
Vous souhaiter prompte victoire,
Vous mandant qu’à vous nous buvons
Tout aussi frais qu’on sauroit boire ;
Et, suivant l’antique grimoire,
Prions Dieu qu’ainsi soit de vous,
Chose assez difficile à croire.
C’est pourquoi nous pensons bien tous
Que bien mieux seriez sur la Loire
Que sur le Rhin ; avecque nous