Page:Œuvres de Chapelle et de Bachaumont.djvu/206

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LETTRE À MONSIEUR LE MARQUIS DE JONZAC.

Cher marquis, les vers qu’au beau Maine
De l’agréable Pivangou
Fait couler ton heureuse veine,
Vertu, non de Dieu, mais de chou,
Ne sont pas vers à la douzaine.
Quiconque rime ainsi sans peine,
Après avoir bu comme un trou,
Doit avoir au moins pour marraine


rondeaux, nouvellement imprimées au Louvre, H. de Benserade, qui en est l’auteur, en envoya un exemplaire très bien relié à un de ses amis, avec une lettre où il le prioit de lui en écrire son sentiment. Cet ami lui envoya quelques jours après ce rondeau (le rondeau suit). » Après quoi M. de La Monnoie ajoute : Ce rondeau, qu’on attribue à Chapelle, est irrégulier ; il n’est pas clos et ouvert, et les rimes n’y sont pas dans leur ordre au troisième couplet ; mais le sens des vers y est d’une grande finesse. Tout ce qu’on pourrait dire, c’est que la maîtresse pensée en paroît empruntée du Roman bourgeois de Furetière, p. 14 : « Cela seroit bien aussi nécessaire que tant de figures de combats, de temples et de navires, qui ne servent de