Page:Œuvres de Chapelle et de Bachaumont.djvu/173

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


STANCES CONTRE L’USAGE DES RIDEAUX1.

Aura des rideaux qui voudra :
Je n’en veux avoir de ma vie ;
Mais, puisque tout mon quartier a
Si grand désir et tant d’envie
D’ouir mes raisons, les voilà.

Et quant à mes belles voisines2,
Je leur dirai premièrement
Qu’au lit le divertissement
Qui se donne entre des courtines
Tient un peu trop du sacrement.

L’aise et les apprêts n’y font rien.
Ce plaisir, pour le prendre bien
Et de la plus belle manière,
Demande un lit comme le mien,
Tout à fait à la cavalière,


1. On donne cette pièce sur une copie manuscrite trouvée dans les portefeuilles de madame la duchesse de Bouillon. (S.-Marc.)

2. On lit dans d’autres recueils :

Et commençant par mes voisines.