Page:Œuvres de Chapelle et de Bachaumont.djvu/166

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


STANCES SUR UNE ECLIPSE DE SOLEIL.

Quel moyen de s’en dispenser ?
J’allois tout de bon commencer
À vous composer sur l’éclipse
Un livre plus gros et plus long
Qu’un des tomes de Juste-Lipse,
Tout rempli d’un savoir profond,
En beau style d’Apocalypse,

Quand Pallas, la sage pucelle,
Qui m’aime de bonne amitié,
S’apparut à moi toute telle
Qu’elle est au ciel dans sa ruelle
Sur l’estrade et tapis de pié.
Eh quoi, pauvre innocent ! dit-elle,
Vraiment tu me fais grand’pitié
D’aller perdre ainsi la cervelle,
Rêvant à cette bagatelle
Plus qu’il ne faut de la moitié.

Surprise des impertinences
Que l’on débite en ce bas lieu,
J’y viens faire des remontrances
À ces fous qui, sans connoissances,
Raisonnant comme il plaît à Dieu,