Page:Œuvres de Chapelle et de Bachaumont.djvu/119

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LETTRE À MONSIEUR ***
Pour l’inviter à revenir de la campagne1.

Ami, dis-moi, que je le sache,
Dedans les champs ce qui t’attache,
À présent que leur vert panache
Impitoyablement s’arrache
À coup de vent, à coup de hache ;
Que le brouillard les vallons cache,
Et gèle leur rude moustache ;
Que l’air d’une obscure rondache
Couvre la terre et toujours crache
Sur le vilain plancher à vache ;


1. Rec. de Sercy, t. III, p. 235. Sans nom d’auteur.

Si j’attribue cette lettre à Chapelle, c’est uniquement parceque le style, le tour du vers et la manière d’amener les rimes ont beaucoup de ressemblance avec d’autres lettres en vers qu’on lit dans cette édition, et qui sont certainement de lui. (S.-Marc.)

Il faut avoir un bien grand désir de n’être pas moins complet que ses prédécesseurs pour admettre ici cette pièce et la note naïve de Saint-Marc.