Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, X.djvu/63

Cette page n’a pas encore été corrigée


M

��LETTRE DE MONSIEUR PASCAL A MADAME DE SABLÉ SUR MONSIEUR MENJOT

Encore que je sois bien embarrassé je ne puis dif- férer davantage à vous rendre mille grâces de m'a- voir procuré la connoissance de M r Menjot, car c'est à vous sans doute Madame que je la dois ; et comme je l'estimois desja beaucoup par les choses que ma sœur m'en avoit dittes, je ne puis vous dire avec combien de joye j'ay receu la grâce qu'il m'a voulu faire, il ne faut que lire son espistre pour voir com- bien il a d'esprit et de jugement ; et quoyque je ne sois pas capable d'entendre le fonds des matières qu'il traitte dans son livre je vous diray néanmoins madame que j'y ai beaucoup apris par la manière dont il acorde en peu de mots l'imaterialité de l'ame avec le pouvoir qu'a la matière d'altérer ses fonc- tions et de causer le délire 1 , j'ay bien de l'impatience d'avoir l'honneur de vous en entretenir.

(Pour Madame de Sablé.)

��i. Voici ce que Menjot écrit sur ce sujet dans sa Dissertatio patho- logica de delirio in génère: « Mens... penitus obbrutescit in amenda; hebescit in fatuitate, corrumpitur in delirio. E limine difficultas gra- vissima venit enodanda, quo pacto ratio violari queat. Impium esset opinari delirii causas migrare in mentem, hancque corporeis telis atque ictibus esse vulnerabilem... Credendum ergo Rationem per se, ac instrument sui invaletudine utpote quod nullum sit, more caeterarum facultatum non laborare, sed accidentariô tantum et ob errorem

�� �