Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, X.djvu/60

Cette page n’a pas encore été corrigée


44 ŒUVRES

de M. Pascal se rencontra chez Madame la marquise de Sablé, laquelle avoit un médecin M. Menjot qui estoit huguenot, homme très habile et fort estimé à Charenton qui s'y trouva aussi. M e de Sablé qui estoit pleine de pieté, entra en ma- tière avec luy sur la Religion ; il soutenoit très fort son opi- nion sur la présence réelle. Madame de Sablé et Madame Perier le combattoient. M. Menjot enfin leur dit : Si on me fait voir que c'est la foy des t\. premiers siècles, je me ren- dray. M me Perier qui avoit connoissance de l'écrit de M. Arnauld, luy dit qu'elle croyoit qu'elle pourroit luy faire voir un écrit qui prouveroit cette vérité, et estant sortie elle alla trouver M. Arnauld et luy raconta cela. M. Arnauld crut qu'il devoit porter cet écrit pour gagner cet homme-là ; mais comme il n'avoit pas dessein de s'engager à une contro- verse, il exigea de M me Perier de ne le porter à M. Menjot qu'à condition qu'il n'en prendroit point de copie et qu'il le rendroit dans tel temps.

« M me Perier luy donna cet écrit chez M me de Sablé, à ces con- ditions qu'il accepta. Le temps passé et au jour marqué, il revint et rapporta l'écrit, mais il ne tint pas sa parole, car il dit qu'il est vray que cet écrit prouvoit bien que c'estoit la créance des quatre premiers siècles ; mais qu'il falloit prouver que c'estoit la créance des Apostres. M me Perier luy dit qu'on ne pouvoit pas mieux faire voir la créance des Apostres que par celle de leurs disciples ; mais il ne se rendit pas. 11 assura qu'il n'avoit point pris de copie de l'écrit. M me Perier le rendit à M. Arnauld 1 .... »

Menjot publia en 1660 un écrit intitulé: Febrium mali- gnarum historia et curatio. Accesserunt dissertationes patholo-

gicœ : ...de delirio in génère Parisiis, apud G. Meturas,

1660. cum privilegio régis (le privilège a été registre le

��1 . Dans la suite de cette note, Marguerite Perier explique comment fut publié le livre De la Perpétuité de la Foy, cf. Faugère, Pensées, 1897, T. I, p. 436.

�� �