Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, X.djvu/49

Cette page n’a pas encore été corrigée


LETTRE DE JACQUELINE PASCAL 33

l'avoir. » Je luy ay dit que l'on ne pouvoit en avoir trop puisqu'elle estoit infinie. Elle Fa bien compris. Et en suite je luy ay demandé si elle n'avoit pas grande joye de mourir Religieuse, elle a fait effort pour témoigner com- bien elle reconnoissoit cette grâce. Peu de temps après, la Mère Prieure a dit auprès d'elle une oraison qu'elle a ecouttée fort attentivement. La voyant en cet estât, nous avons creu devoir luy faire encore recevoir le Saint Via- tique, qu'elle avoit déjà receu avec l'Extrême Onction le quatorsiemejour de sa maladie. Elle en a témoigné grand désir, et je crois que ce sont les dernières paroles qu'elle a dites. Car aussitost après, comme on apprestoit la chambre pour cela, elle s'est tournée à la mort si viste qu'on n'a eu le loisir que d'appeller M. de Sacy et la Communauté, qui n'ont pas plustost esté dans la chambre qu'elle est expirée si doucement qu'on ne l'a presque pas apperceu. Voila, Ma chère sœur, ce me semble, de grands sujets de consolation. Je ne puis vous en dire davantage parce qu'on attend les lettres. De Port-Royal-des-Ghamps, ce 7. Octobre 1660.

��2 e série. Vil

�� �