Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/63

Cette page n’a pas encore été corrigée


47

CONSTITUTION,

FAITE PAR PASCAL A FLORIN PERIER,

D’UNE RENTE DE 1060 LIVRES TOURNOIZ,

A CHARGE DE LUI PAYER UNE PENSION VIAGÈRE

DE 240 LIVRES¹.

1. Octobre 1656.


Fut present en sa personne Blaize Pascal, escuier, demeurant à Paris, hors et pres la porte Sainct-Michel, parroisse Sainct-Cosme, lequel a recognu et confessé avoir donné, cedé, quité, transporté et dellaissé dés maintenant pour tousjours par donnation entre vifs et irrevocable, en la meilleure forme que faire ce peult, sans aucune garentyre, restitution de deniers, ny recours quelzconques, pour quelque cause et occasion que ce soit, sinon de ses faicts et promesses seullement, à Monsieur Me Florin Perier, Conseiller du Roy en la Cour des Aydes de Clermont-Ferrand, demeurant à Clermont en Auvergne, estant de present sen cette ville de Paris logé rue des Poirées, à l’enseigne du Roy David, parroisse Sainct-Benoist, à ce present et acceptant à ses risques, perilz et fortunes, pour luy, ses hoirs et ayans causes, mil soixante livres deux solz de rente en deux partyes appartenantes audict donnateur, la premiere de neuf cens soixante cinq livres douze

_____________________________________________________________

1. Minute chez Me Baudrier; Archives Nationales, Y. 193, f. 357. — Cette donation est, semble-t-il, la contre-partie de celle qui fut faite, le 4 juin 1653, en faveur de Port-Royal. Pascal n’envisage plus ici pour lui la possibilité d’un mariage. Ce contrat fut sans doute signé en raison du départ de Florin Perier pour l’Auvergne, départ qui eut lieu vers le 18 octobre (vide infra, p. 77).