Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/59

Cette page n’a pas encore été corrigée


TREIZIÈME PROVINCIALE 43

sinon pour monstrer que Lessius est un payen et un scelerat, selon Vasquez, et c’est ce que je n’osois dire. Qu’en peut-on conclure si ce n’est que Lessius ruine le Decalogue et l’Evangile ? Qu’au dernier jour Vasquez condamnera Lessius sur ce point, comme Lessius condamnera Vasquez sur un autre ; et que tous vos Auteurs s’éleveront en jugement les uns contre les autres, pour se condamner reciproquement dans leurs effroyables excés contre la Loy de JESUS-CHRIST.

Concluons donc, mes Peres, que puisque vostre probabilité rend les bons sentimens de quelques-uns de vos auteurs inutiles à l’Eglise, et utiles seulement à vostre politique, ils ne servent qu’à nous montrer par leur contrarieté la duplicité de vôtre cœur, que vous nous avez parfaitement découverte, en nous declarant d’une part que Vasquez et Suarez sont contraires à l’homicide ; et de l’autre, que plusieurs Auteurs celebres sont pour l’homicide ; afin d’offrir deux chemins aux hommes, en détruisant la simplicité de l’Esprit de Dieu, qui maudit ceux qui sont doubles de cœur, et qui se preparent deux voyes. Væ duplici corde, et ingredienti duabus viis 1 .

_____________________________________________________________

1. Ecclesiastic. II, 14 : Væ duplici corde, et labiis scelestis, et manibus malefacientibus et peccatori terram ingredienti duabus viis. — Peut-être trouve-t-on une première rédaction de ce passage dans les notes de Pascal (Pensées, fr. 924 T. III, p. 353) : « Gens sans parole, sans foy, sans honneur, sans verité, doubles de cœur, doubles de langue et semblables, comme il vous fut reproché autrefois, à cet animal amphibie de la fable, qui se tenoit dans un estat ambigu entre les poissons et les oiseaux.... »


____________