Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/385

Cette page n’a pas encore été corrigée


369
DIX SEPTIÈME PROVINCIALE


estrange tyrannie de les mettre dans cette malheureuse necessité, ou de se rendre coupables devant Dieu, s'ils signoient cette condamnation contre leur conscience ; ou d'estre traitez d'heretiques, s'ils refusoient de le faire ?

Mais tout cela se conduit avec mystere. Toutes vos demarches sont politiques. Il faut que j'explique pourquoy vous n'expliquez pas ce sens de Jansenius. Je n'écris que pour découvrir vos desseins, et pour les rendre inutiles en les découvrant¹. Je dois donc apprendre à ceux qui l'ignorent, que vostre principal interest dans cette dispute estant de relever la grace suffisante de vostre Molina, vous ne le pouvez faire sans ruiner la grace efficace qui y est tout opposée. Mais comme vous ²la voyez aujourd'huy autorisée à Rome, et parmy tous les sçavans de l'Eglise, ne la pouvant combattre en elle-mesme, vous vous estes avisez de l'attaquer sans qu'on s'en apperçoive, souz le nom de la doctrine de Jansenius. ³Ainsi il a fallu que vous ayez recherché de faire condamner Jansenius sans l'expliquer ; et que pour y reüssir, vous ayez fait entendre que sa doctrine n'est point celle de la grace efficace; afin qu'on croye pouvoir condamner l'une sans l'autre. De là vient que vous essayez aujourd'huy de le persuader à ceux qui n'ont aucune connoissance de cet autheur.

___________________________________________________________

1. Tout ceci est inspiré de l'écrit de Lalane, cf. supra p. 320 sq.

2. B. voyez [celle-ci] aujourd'huy.

3. B. Tout ce qui suit jusqu'à sans l'expliquer, a été omis par erreur.


2e série. III 24