Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/350

Cette page n’a pas encore été corrigée


334
ŒUVRES


pris, et que ne parlant des choses que selon qu'elles leur ont esté exposées, ils veulent toujoùrs qu'on entende leurs rescrits selon cette clause ordinaire, laquelle ils expriment souvent et qui est toujours sousentenduë Si ita est, s'il est ainsi. Si preces veritate nitantur ; Si ce qu'on a exposé par la suplique est conforme à la verité. Nicol. Pap. I. ep. 58. ad Episcop. Synod. Suess.

Ils en ont mesme fait une loy inserée dans le droit canonique, comme il paroist par une decretale, où le Pape Alexandre III. escrivant à l'Archevesque de Ravenne use de ces termes : Si quelque fois nous envoyons à vostre fraternité des ordres ou des decrets qui choquent vos sentimens, vous ne devez pas vous en mettre en peine, et lors que vous aurez consideré la qualité de l'affaire, pour laquelle nous vous escrivons, ou vous accomplirez avec respect nostre mandement, ou vous nous escrirez la raison pourquoy vous croyez ne le pouvoir faire. Car nous ne trouverons point mauvais, que vous n'executiez pas un decret, qu'on aura tiré de nous par surprise, ou par artifice... Cap. 5. ext. de Rescrip. [18e Pr. T. VII, p. 48].

Et le Pape Innocent III. dans le I. livre de ses lettres imprimées avec ses œuvres tesmoigne : Qu'il veut marcher sur les pas de ses predecesseurs, qui ont tousjours declaré, que les jugemens du souverain Pontife peuvent estre corrigez et changez en mieux quand il se trouve qu'on l'a surpris en quelque chose.

Et c'est ce que le grand S. Bernard avoit remarqué longtemps avant ce sçavant Pape, lors qu'escrivant au Pape Innocent II. il releve avec eloge la justice et la moderation de l'Eglise Romaine, qui la porte à reformer ses jugemens dans les points de fait lors qu'on l'informe de la verité qui luy avoit esté cachée. Le Siege Apostolique, dit ce grand Saint, a cela de propre et de recommandable dans sa conduite, qu'il ne fait point de difficulté de revoquer ce qu'il reconnoist qu'on a tiré de luy par surprise et par tromperie, et non pas obtenu par raison et selon la verité. Aussi est-ce une chose pleine de justice et de louange, que personne ne puisse profiter de la fausseté, principalement à Rome et devant le saint et supresme Siege. Hoc so-