Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/348

Cette page n’a pas encore été corrigée


332
ŒUVRES


tamen errare potest in quæstionibus de facto. Itaque tuto dicere possumus hos Patres deceptos ex falsis rumoribus et non intellectis Honorii epistolis, immeritô cum hæreticis connumerasse Honorium. Bellar. De sum. Pontif. lib. 4. c. 11. [pp. 359 et 363].

Baronius apporte la mesme response en ces paroles : Mais quelqu'un dira, si nous demeurons d'accord que ce Saint et oecumenique Concile a fait veritablement ce decret touchant le Pape Honoré, il ne sera pas permis de former une dispute sur ce point, et de vouloir rien determiner de contraire à ce qui a esté resolu par ce Concile. A quoy je responds, que cette sousmission ne regarde que les choses de la foy, n'estant obligez à rendre une religieuse et absoluë deference à tout ce qui a esté defini par un Saint Concile que dans les points de la foy. Car pour ce qui concerne les personnes et leurs escrits, les censures qu'en ont faites les Conciles ne se trouvent pas avoir esté gardées avec tant de rigueur ; comme on en voit un exemple clair dans le V. Concile, qui a condamné les trois articles touchant Theodore, Theodoret, et Ibas, quoy que le saint et sacré Concile de Chalcedoine ne les eust pas condamnez. Car personne ne doute, qu'il ne puisse arriver à qui que ce soit d'estre trompé dans les choses qui sont de fait, et qu'on ne puisse dire en ces rencontres ce que S. Paul escrit aux Corinthiens : Que nous ne pouvons rien contre la verité, mais seulement pour la verité ... Quod quidem dixerim de iis quœ ad fidem spectant ut planè religio sit, vel latum unguem ab iis quæ in Sancta Synodo sunt statuta recedere. At in iis quæ ad personas pertinent et scripta ipsarum, non ita rigide reperitur custodita censura.... In his enim quæ facti sunt, unumquemque contingere posse falli, nemini dubium est... Baron, ann. 681. n. 39 [p. 359].

Ainsi nous voyons, Monseigneur, que ces Cardinaux n'ont pas seulement estably cette maxime, que sans perdre le titre de catholique on peut quelque fois avoir des raisons considerables pour ne pas demeurer d'accord dans une question de fait de ce qui en aura esté clairement et manifestement dé-