Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/335

Cette page n’a pas encore été corrigée


319
DIX SEPTIÈME PROVINCIALE. — INTRODUCTION


hésitation la dix-septième Lettre à Àrnauld lui-même. Ne serait-ce pas à cette collaboration que songeait Arnauld, lorsqu'il écrivait à M. de Neercassel, le 14 février 1683 : « Nous estions trois ou quatre qui travaillions pour l'Eglise, M. de Lalane, M. Nicole et M. Pascal pendant quelque temps. Mais nostre regle estoit de ne faire jamais rien que de concert » ? Fouillou dit que cette lettre est toute de Pascal, mais qu'il y a « fouré une partie de la matiere que M. Nicole avoit donnée pour la 16e ». Selon Goujet, Nicole, alors à Vaumurier, en aurait fourni le contenu.


A. — ÉCRITS DE LALANE, D'ARNAULD ET DE NICOLE

[NOËL DE LALANE]. - De la Grace Victorieuse de Jesus-Christ, ou Molina et ses disciples convaincus de l'erreur des Pelagiens et des Semi-Pelagiens sur le poinct de la grace suffisante soûmise au Libre-Arbitre, selon les Actes de la Congregation de Auxiliis. Pour l'explication de cinq propositions de la Grace équivoques et ambiguës, et la pluspart fabriquées à plaisir, inserées dans une Lettre envoyée depuis peu à Rome. Par le Sieur de Bonlieu, Docteur en Theologie, Paris, 1651, in-4°.

Préface, p. 3. ...Comme ces Theologiens humains [les disciples de Molina] ont veu qu'ils tentoient deux choses également impossibles lors que d'une part ils taschoient d'introduire ouvertement leurs opinions toutes nouvelles, et que d'austre costé ils s'efforçoient d'attaquer directement la doctrine de sainct Augustin, touchant la vraye grace de Jesus Christ, qui est la grace efficace par elle-mesme ; Ils ont cherché dans la cabale ce qu'ils ne pouvoient esperer d'une legitime contestation, et d'une dispute reglée; et ne pouvant resister aux atteintes de leurs adversaires qui ont reduit en poudre tout autant de livres que ces Molinistes en ont voulu publier, ils se sont advisez de cét étrange stratageme de ne combatre effectivement que contre des ennemis chimeriques qu'ils se sont formez à plaisir, et d'étendre neantmoins sur les veritables disciples de S. Augustin la victoire dont ils se