Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/31

Cette page n’a pas encore été corrigée


TREIZIÈME PROVINCIALE. — INTRODUCTION 13

p. 187. .... Enfin combien grande doit estre vostre confusion d’avoir voulu abuser le peuple par la citation de vos Auteurs, qui n’ayant condamné l’assassinat des mesdisans que dans la pratique, et l’ayant approuvé dans la speculation, l’ont autorisé absolument, puis que la Verité estant simple et indivisible, cette frivole distinction n’est point capable de les sauver [p. 28 sq.].

Que si ces Casuistes ne permettent pas dans la pratique une doctrine qu’ils approuvent dans la speculation, c’est qu’ils estiment perilleux de rendre les hommes juges en leur propre cause; et qu’ils craignent que la passion et l’interest les aveuglant, ils ne se persuadassent souvent ou d’avoir perdu la reputation, lors que personne n’auroit mesdit d’eux, ou de n’avoir plus d’autre expedient, pour reparer cet affront, lors qu’ils auroient encore d’autres moyens pour en poursuivre une satisfaction raisonnable. Mais si le soupçon de ces personnes offensées avoit un veritable fondement, ces Casuistes font bien voir, en approuvant la theorie de cette opinion, que pour lors ils leur mettroient le glaive entre les mains, aussi bien que le P. Hereau; et ils permettroient facilement la vengeance si on les en faisoit les Arbitres, comme estans ces sages et prudens personnages qui doivent remedier aux desordres de l’Estat.... [p. 39].

p. 192 [Après avoir rapporté l'opinion de Tanner sur le meurtre des juges et des témoins....] Execrable sentiment qui establit les criminels sur la teste de leurs Juges ; qui expose à des meurtres continuels les personnes les plus sacrées ; qui donne aux coulpables le pouvoir de prononcer des Arrests contre ceux de la bouche desquels ils les doivent recevoir ; qui les fait Juges et Executeurs tout ensemble de leurs propres passions ; et qui n’espargneroit pas la sacrée personne des Rois, puis qu’il apprend à violer leur Image [14e Pr. p. 144].

_____________________________________________________________

nauld, sur le même sujet, renvoie en note aux Lettres de S. François Borgia, de l’édit. d’Ypres 1611, et de Mutius Viteleschi, du 4 janvier 1617).