Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/292

Cette page n’a pas encore été corrigée


276
ŒUVRES


ombres ; et le ciel, oà il n'y a point d'ombres, mais la seule verité. Nous sortirions de l'estat où nous sommes, qui est l'estat de foy, que S. Paul oppose tant à la loy, qu'à la claire vision, si nous ne possedions que les figures sans Jesus-Christ ; parceque c'est le propre delà loy de n'avoir que l'ombre, et non la substance des choses¹ : et nous en sortirions encore, si nous le possedions visiblement, parceque la foy, comme dit le mesme Apostre², n'est point des choses qui se voyent. Et ainsi l'Eucharistie est parfaitement proportionnée à nostre estat de foy ; parcequ'elle enferme veritablement Jesus-Christ, mais voilé³. De sorte que cet estat seroit destruit, si Jesus-Christ n'estoit pas reellement sous les especes du pain et du vin, comme le pretendent les heretiques ; et il seroit destruit encore, si nous le recevions à découvert comme dans le ciel; puisque ce seroit confondre nostre estat⁴ avec l'estat du Judaïsme, ou avec celuy de la gloire. Voila, mes Peres, la raison mysterieuse et divine de ce mystere tout divin. Voila ce qui nous fait abhorrer⁵ les Calvinistes,

___________________________________________________________

1. Paul. Hebr. X, I: Umbram enim habens lex futurorum bonorum, non ipsam imaginem rerum.

2 Paul. Hebr XI, I : Est autem fides sperandarum substantia rerum, argumentum non apparcntium. Cf. Rom. III, 20 à 22 Gal V, 4 à 6

3. Cf. une pensée analogue dans la lettre à Mr et à Mlle de Rouannez sur le miracle (27 (?) octobre 1656), supra p. 87 sq.

4. B. [ou] avec.

5. Abhorrer a ici le sens de : avoir un grand eloignement pour. Comme le remarquent Darmesteter et Hatzfeld. c'est en prenant le mot dans ce sens que Pascal discutait la question de savoir si « la Nature abhorre la trop grande plenitude » (cf. supra, Y. 11, p. M) ou « le Vuide » (T. II, p. 153).