Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/28

Cette page n’a pas encore été corrigée


12 ŒUVRES

grande indulgence en vostre endroit, et souffert vos déreglemens avec beaucoup de patience.

Quoy qu’il en soit, il faut remedier au scandale que vous avez donné au public, en disant faussement que les Jesuites trouvent qu’il est permis en conscience de tuer pour de simples médisances, et qu’ils le defendent seulement par des raisons politiques, et pour avoir les Juges de leur costé. J’assure donc tous les Catholiques, qu’il n’y a pas un Theologien ny Jesuite ny autre, qui permette de tuer pour de simples médisances : qu’il est vray que quelques celebres Autheurs, qui ne sont point Jesuites, estiment qu’il est permis de tuer un calomniateur, quand il attaque l’honneur et la vie par des ressorts si puissans et si injustes, qu’on ne s’en peut defendre que par sa mort ; c’est l’opinion de Bannes, de Major, de Pierre de Navarre, de Monsieur du Val, l’ornement de la Sorbonne, et du Cardinal de Richelieu, comme vous le pouvez apprendre de la réponse du Pere Caussin à la Theologie Morale, et de celle du Theologien de la Compagnie de JESUS. Mais ce cas est si rare, qu’il n’arrive presque jamais. Et toutefois les plus sçavans Autheurs parmy les Jesuites, Suarez, Vasquez, Lessius, Reginaldus, Filiucius, etc. s’opposent tous à cette doctrine pour les dangereuses consequences qu’elle traisne. Que s’ils la combattent avec modestie, c’est qu’elle n’a pas esté condamnée par le Pape ny par l’Eglise, qui en ont le pouvoir, et qu’encore qu’ils n’approuvent pas l’opinion de ces celebres Docteurs, ils sçavent neantmoins le respect qu’ils doivent à leur personne [pp. 33 et 20].

Pour vous qui condamnez injustement ce procédé, et qui voulez les rendre criminels, parce qu’ils ne sont pas si temeraires que ceux de vostre party, ny si insolens que de s’attribuer l’authorité du Pape et de l’Eglise, vous devriez plustost songer à corriger la mauvaise doctrine de l’Abbé de saint Cyran, qui a bien osé enseigner, qu’il faut tuer le prochain quand l’esprit interieur nous y porte, quoy que la loi exterieure le defende. Vous en verrez quand il vous plaira la preuve et la pratique, en la seconde page de l’Information qui