Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/274

Cette page n’a pas encore été corrigée


258
ŒUVRES


d'importance de vos grands Profés. J'y viens donc, mes Peres ; je viens à cette calomnie l'une des plus noires qui soient sorties de vostre esprit. Je parle de cette audace insupportable, avec laquelle vous avez osé imputer à de saintes Religieuses, et à leurs ¹Directeurs, de ne pas croire le mystere de la Transsubstantiation, ny la présence reelle de J. C. dans l'Eucharistie. Voila, mes Peres, une imposture digne de vous. Voila un crime que Dieu seul est capable de punir, comme vous seuls estes capables de le commettre. Il faut estre aussi humble que ces humbles calomniées, pour le souffrir avec patience ; et il faut estre aussi méchant que de si méchans calomniateurs, pour le croire. Je n'entreprens donc pas de les en justifier ; elles n'en sont point suspectes.

Si elles avoient besoin de defenseurs, elles en auroient de meilleurs que moy. Ce que j'en diray icy ne sera pas pour monstrer leur innocence, mais pour monstrer vostre malice. Je veux seulement vous en faire horreur à vous mesmes, et faire entendre à tout le monde, qu'aprés cela il n'y a rien dont vous ne soyez capables.

Vous ne manquerez pas neantmoins de dire que je suis de Port-Royal² ; car c'est la premiere chose que vous dites à quiconque combat vos excés ; comme si on ne trouvoit qu'à Port-Royal des gens qui eussent assez de zele pour défendre contre vous

___________________________________________________________

1. B. [docteurs], faute d'impression, corrigée depuis. — Accusa- tion portée par les Pères Annat et Meynier, cf. supra p. 249 et p. 235.

2. W. Hîc me, sat scio, Regio Portui nomen dedisse clamitabitis.