Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/263

Cette page n’a pas encore été corrigée


247
SEIZIÈME PROVINCIALE. — INTRODUCTION


malice par l'une des plus hautes extravagances, et des plus visibles faussetez, ils me donnent une place honnorable entre ces Theologiens, ils me marquent par les deux premieres lettres de mon nom et de mon surnom ; et Dieu ayant permis pour les confondre, qu'ils ayent ignoré, qu'en 1621. lors qu'ils disent que cette assemblée fust tenuë à Bourgfontaine, je n'avois encore que neuf ans, n'estant né que en 1612. ils me font prendre pour ma part dans ce dessein, aussi execrable qu'imaginaire, le soin¹ d'attaquer les deux Sacremens les plus frequentez par les adultes, qui sont celuy de la Penitence et celuy de l'Eucharistie, et dépeignent ensuitte mon livre de la Frequente Communion comme entrepris sur ce plan selon les fausses idées que mes ennemis en ont tracées dans leurs livres, en disant : Que le moyen que je m'estois proposé d'y parvenir seroit de procurer l'éloignement de la Penitence et de la sainte Communion, non en tesmoignant aucun dessein de faire en sorte qu'ils fussent moins frequentez, mais en rendant la pratique si difficile qu'ils restassent comme inaccessibles et que dans le non usage fondé sur ces belles apparences on en perdist par apres la foy.

Et quoy que nous pûssions par un escrit de quatre ou cinq feüilles faire retomber la honte de tant d'emportemens sur le visage de leurs auteurs, toutes ces insolences inoüies, qui meriteroient des chastimens exemplaires, n'ont pas esté capables d'arracher une seule plainte de nostre bouche.

Nous nous sommes contentez d'en gemir devant Dieu, qui voyoit notre innocence, et la passion déreglée de ces escrivains. Nous les avons laissé joüir à leur aise des applaudissemens

_____________________________________________________________

ment de baptesme. Ibid. p. 14. Leur creance est toute autre que celle qu'ils font paroistre, et ce qu'ils tiennent caché est le dessein d'establir la seule creance d'un Dieu, mais sans Jesus-Christ, sans ses Sacremens, et sans son Evangile. Ibid. p. 16 » (citation donnée par Arnauld).

1. « On resolut d'attaquer les deux Sacremens les plus frequentez par les adultes, qui sont celuy de la Penitence et celuy de l'Eucharistie. Le moyen d'y parvenir fut ouvert par l'éloignement que l'on en procureroit... Ibid. p. 9. et 10 » (citation donnée par Arnauld).