Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/253

Cette page n’a pas encore été corrigée


237
SEIZIÈME PROVINCIALE. — INTRODUCTION


Explication des cérémonies de la Messe¹ .


p. 191. On offre aussi principalement ce Sacrifice pour toute l'Eglise universelle, au nom de laquelle le Prestre se presente devant Dieu pour luy rendre hommage. Et quoy que ce Sacrifice soit une commemoration de celuy de la Croix, toutesfois il y a cette difference, que celuy-cy n'est offert que pour l'Eglise seule, et pour les fidelles qui sont dans sa Communion: au lieu que celuy de la Croix a esté offert pour tout le monde, comme l'Escriture parle [p. 266].

Raisons de la Ceremonie, et de la coustume ancienne de suspendre le S. Sacrement dans les Eglises au-dessus du grand Autel .

XXI... Il nous enseigne aussi que celuy qui est rabaissé et couché sur l'Autel, est en mesme temps eslevé dans sa gloire; qu'il n'est pas une victime charnelle et morte de la vieille Loy; mais une victime vivante et divine de la Loy nouvelle, puis qu'il est par luy mesme et par sa puissance ordinaire en divers lieux en mesme temps au haut et au bas de l'Autel, au milieu de l'Eglise Triomphante et au milieu de l'Eglise Militante et voyagere... [p. 264].

XXIII. — ... Mais il est particulierement remarquable que les especes sacramentales demeurent suspenduës, et subsistent extraordinairement, puis qu'elles ne sont appuyées d'aucun sujet ; et que le Corps de Jesus-Christ est aussi suspendu sous les especes, et comme tout recueilly dans soy-mesme, puis qu'il ne depend point d'elles, comme les substances dependent des accidens dont elles sont couvertes, et ne peuvent naturellement conserver leur estre sans eux ; mais il les regarde autour de luy sans engagement, et sans attache, avec une vertu et une force toute absoluë et toute libre... [p. 264].

___________________________________________________________

1. A la suite de la Théologie familière, se trouvent plusieurs petits traités, entre autres: L'explication des Ceremonies de la Messe; l'Exercice pour la bien entendre ; les Raisons de l'ancienne Ceremonie de suspendre le S. Sacrement au milieu du grand Autel, traités que Pascal cite infra p. 268.