Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/251

Cette page n’a pas encore été corrigée


235
SEIZIÈME PROVINCIALE. — INTRODUCTION


substantiation que ces Calvinistes, qui affectent d'user des termes des Catholiques quand ils parlent de ce Sacrement, appellent sacramentale seulement, ou significative, ou mystique [p. 262].

p. 82. Si Monsieur Arnauld eust dit qu'en cét adorable Mystere, il n'y a aucune substance du pain et du vin sous les especes, mais seulement la chair et le sang de Jesus-Christ, j'eusse avoüé qu'il se seroit declaré entierement contre Geneve ; mais il s'est bien gardé de parler de la sorte avec l'Eglise Romaine [p. 266].

p. 95. ...Ces Religieuses sont des Filles à qui Saint Cyran et vous, avez inspiré toutes les detestables machines du Chappellet secret du Saint Sacrement de l'Autel, que nous avons examinées, et qui ont esté censurées par la Sorbonne : et toutes les erreurs du Livre de la frequente Communion, nous avons donc sujet de douter de leur foy, touchant l'Eucharistie, aussi bien que de la croyance, touchant le mesme Sacrement de celuy qui croit rendre service à Dieu, dans la Maison de ces Religieuses [p. 258].


B. — TEXTES DE SAINT-CYRAN.


[DUVERGIER DE HAURANNE, ABBÉ DE SAINT-CYRAN]. — Pétri Aurelii Theologi¹ opera jussu et impensis cleri gallicani denuo in lucem édita. Parisiis, 1642, f°. [la Ire édition est de 1632.]

T. II. p. 89 ... Nec refert quòd potestas Ordinis remanet in Episcopo semel consecrato. Quia hoc per recidens est, ob inde-

___________________________________________________________

1. L'attribution du Petrus Aurelius n'a jamais été certaine. « Les Jesuites n'estoient pas moins en peine que les Evesques de sçavoir qui estoit cet inconnu ; et comme la vengeance a des yeux plus perçants que la reconnaissance, ils demelerent que si l'abbé de Saint-Cyran n'estoit l'auteur de cet ouvrage, il y avoit du moins la principale part » dit Racine, dans son Abrégé de l'Histoire de Port-Royal (édition A. Gazier, p. 26). Le livre fut approuvé par les trois Assemblées du Clergé de 1635, 1641 , 1645-1646. Il réfutait les écrits des Jésuites anglais Knott et Floyd sur la hiérarchie ecclésiastique.