Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/234

Cette page n’a pas encore été corrigée


218
ŒUVRES


toujours nouvelle, en sorte que, s'il cessoit un instant d'en envoyer, ¹toute celle qu'on auroit receue disparoitroit et on resteroit dans l'obscurité.

Il m'a dit qu'il avoit commencé à vous respondre, et qu'il le transcriroit pour le rendre plus lisible, et qu'en mesme temps il l'etendroit. Mais il vient de me l'envoyer avec un petit billet où il me mande qu'il n'a pu ny le transcrire ny l'etendre ; cela me fait croire que cela sera mal escrit. Je suis tesmoin de son peu de loisir et du desir qu'il avoit d'en avoir pour vous.

Je prens part à la joye que vous donnera l'affaire des.... ² car je vois bien que vous vous interessez pour l'Eglise ; vous luy estes bien obligée. Il y a seize cens ans quelle gemit pour vous. Il est temps de gemir pour elle, et pour nous tout ensemble, et de luy donner tout ce qui nous reste de vie, puisque Jesus-Christ n'a pris la sienne que pour la perdre pour elle et pour nous....

___________________________________________________________

1. Ms. de l'Oratoire: [toutes celles].

2. Ms. de l'Oratoire (en surcharge): [des Religieuses]. — Cette leçon est inacceptable. Il s'agit évidemment de l'affaire des curés, qui durant les mois d'octobre et de novembre, poussèrent avec ardeur la dénonciation de la morale des Casuistes qu'ils avaient faite à l'Assemblée du Clergé. Le 24 novembre, ils déposèrent une requête, et oublièrent plusieurs pièces que Pascal envoyait peut-être à Mlle de Rouannez en même temps que cette lettre.


________