Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/232

Cette page n’a pas encore été corrigée


216
ŒUVRES


Je mande le detail de cette condamnation qui vous avoit effrayée¹ ; cela n'est rien du tout, Dieu mercy, et c'est un miracle de ce qu'on ²n'y fait pas pis, puisque les ennemis de la verité ont le pouvoir et la volonté de l'opprimer. Peut-estre estes-vous de celles qui meritent que Dieu ne l'abandonne pas et ne la retire pas de la terre qui s'en est rendue si indigne, et il est assuré que vous servez à l'Eglise par vos prieres si l'Eglise vous a servy par les siennes.

Car c'est l'Eglise qui merite, avec Jesus-Christ qui en est inseparable, la conversion de tous ceux qui ne sont pas dans la verité ; et ce sont ensuite ces personnes converties qui secourent la mere qui les a delivrées. Je loüe de tout mon cœur le petit zele³ que j'ay reconnu dans vostre lettre pour l'union avec le Pape. Le corps n'est non plus vivant sans le chef, que le chef sans le corps. Quiconque se separe de l'un ou ⁴de l'autre n'est plus du corps, et n'appartient

___________________________________________________________

1. M. A. Gazier, qui croit cette lettre écrite en septembre, pense que Pascal fait ici allusion au décret contre les écrits d'Arnauld, rendu à Rome le 3 août et connu en France le 25. M. Ch. Adam oppose à cette hypothèse une lettre d'Arnauld, du 30 septembre, où il estime que « cela n'est pas grand'chose, et qu'en France on ne fait pas grand cas de ces censures de l'index, comme en effet il n'y a rien de plus miserable pour nous qui sçavent comment cela se fait ». Selon le même critique, il y a ici une allusion à la bulle d'Alexandre VII, datée du 16 octobre 1656. Mais cette bulle fut tenue secrète assez longtemps et tout semble indiquer qu'elle ne fut connue en France qu'en mars 1657. La question demeure incertaine.

2. Ms. de l'Oratoire : [ne].

3. Zèle doit être pris ici dans le sens de : enthousiasme ardent, sens étymologique ( [...], ébullition), qu'il a conservé dans la langue thélogique, et qu'il a couramment au XVIIe siècle.

4. Ms. de l'Oratoire : de, manque.