Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/22

Cette page n’a pas encore été corrigée


6 ŒUVRES

gladio, l. 2. de Justitia c. g. dub. 12. n. 79. C’est dans la 7. Lettre page 2. vers la fin.

RESPONSE. — Ce que le Janseniste reproche à nostre Compagnie, le Ministre du Moulin l’a reproché devant luy à toute l’Eglise ; et ce que l’un attribue à Lessius Jesuite, l’autre l’a attribué à Navarre, qui ne l’est pas : tous deux usent de supercherie ; mais l’imposture du Janseniste est beaucoup plus visible et plus infame que celle du Ministre, en ce qu’il fait dire à Lessius comme de luy mesme, ce que cet Autheur ne fait que rapporter de Victoria celebre Casuiste, qui n’est pas de cette Societé, non pour l’approuver, mais pour le refuter, et ainsi il luy impute une doctrine qu’il n’allegue que pour la combattre ; qui est l’action du monde la plus lâche et la plus honteuse à un écrivain qui fait le Censeur et le reformateur des opinions d’autruy [p. 21].

Car il est si faux que Lessius suive l’opinion de Victoria, qu’au contraire apres l’avoir rapportée au lieu que j’ay marqué l. 2. de Just. c. 9. dub. 12. n. 79. il declare ensuite n. 82. qu’il en condamne la pratique, parce qu’elle donne lieu à beaucoup de meurtres secrets, qui causeroient de grands desordres dans les Royaumes, parce que quand il s’agit du droit que chacun a de se defendre, il faut tousjours prendre garde que l’usage n’en soit prejudiciable au public. Car alors il ne le faut pas permettre. De plus quand mesme cette opinion seroit vraye dans la speculation (ce qu’il n’accorde pas) toutesfois à peine pourroit-elle jamais avoir lieu dans la pratique [pp. 21 sq. et 24].

Plusieurs personnes d’honneur dans Paris ont déjà reconnu cette insigne fausseté par la lecture de Lessius, et ont appris par là quelle creance merite ce Calomniateur, et de quelle sorte l’on se doit fier à ce qu’il écrit dans la cinquiéme Lettre p. I. qu’un Janseniste ne ment jamais [p. 22 sq.].

Or afin qu’un chacun sçache le sentiment des Jesuites dans une matiere si importante que celle-cy, je prie le Lecteur de considerer ce que dit Vasquez, l’un des plus celebres Autheurs de leur Compagnie, lequel ayant proposé cette question au Traitté de restitutione c. 2. dub. g. n. 37. à sçavoir,