Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/217

Cette page n’a pas encore été corrigée


201
QUINZIÈME PROVINCIALE


de la Foy ? Aussi peu; puisque vous autorisez une maxime qui est detestable selon vous-mesmes. Mais considerons que quand vous avez dit que cette maxime est detestable, vous avez nié en mesme temps qu'elle fust du P. Bauny ; et ainsi il estoit innocent : et quand vous avoüez qu'elle est de luy, vous soutenez en mesme temps qu'elle est bonne; et ainsi il est innocent encore. De sorte que l'innocence de ce Pere estant la seule chose commune à vos deux réponses, il est visible que c'est aussi la seule chose que vous y recherchez, et que vous n'avez pour objet que la deffense de vos Peres, en disant d'une mesme maxime, qu'elle est dans vos livres, et qu'elle n'y est pas ; qu'elle est bonne, et qu'elle est mauvaise ; non pas selon la verité, qui ne change jamais ¹ : mais selon vostre interest, qui change à toute heure. Que ne pourrois-je vous dire là dessus : car vous voyez bien que cela est convainquant ? Cependant ²cela vous est tout ordinaire. Et pour en omettre une infinité d'exemples, je croy que vous vous contenterez que je vous en rapporte encore un.

On vous a reproché en divers temps une autre proposition du mesme P. Bauny, tr. 4. q. 22. p. 100³. On ne doit ny dénier ny ⁴refuser l'absolution à ceux qui sont dans les habitudes de crimes

____________________________________________________________

1 . Voir infra le second Écrit des curés de Paris, infra T. VII, p. 311.

2. B. [rien ne] vous est [plus].

3. W. ne donne pas la référence. — Cf. sur ce texte de Bauny la dixième Provinciale, supra T. V, pp. 259 et 232 sq.

4. AB. [differer].