Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/21

Cette page n’a pas encore été corrigée


TREIZIÈME PROVINCIALE. — INTRODUCTION 5

Enfin, le Père Nouet continuait la publication commencée, et c’est alors que parut la Continuation des Impostures que les Jansenistes publient dans leurs Lettres contre les Jesuites, 35 p. in-4°, contenant les Impostures 7 à 19.

II. — SOURCES

Pascal reprend, dans cette Provinciale et dans la suivante, la question de l’homicide déjà traitée dans la septième Lettre. Il réfute plusieurs Impostures publiées par le Père Nouet (nous en donnons le texte ci-dessous). Pour établir sa bonne foi et le danger des théories des Casuistes, il revient au livre de Leys, et le cite à nouveau. Nous avons groupé tous les textes de ce casuiste dans l’introduction de la septième Provinciale. Pascal s’inspire aussi, comme il l’avait déjà fait, de la Réponse de l’Université de Paris à l’Apologie pour les Jésuites composée par Hermant en 1644, et de la Lettre d’un Théologien à Polémarque d’Arnauld. La Requête des Curés de Rouen lui fournit quelques indications nouvelles sur la doctrine du Père des Bois. Il cite aussi un passage de la grande Théologie morale d’Escobar,qui avait commencé de paraître en 1652.

Le Catalogue de Fouillou note que le dessein de cette treizième Provinciale est de Nicole, et qu’elle fut revue par Nicole, demeurant alors chez M. Hamelin, avec Arnauld ; Goujet reproduit cette indication. Cette lettre fut imprimée par Langlois.


A. — LES « IMPOSTURES »

[NOUET]. — Response aux lettres que les Jansenistes publient...


IV. IMPOSTURE. — Que les Jesuites favorisent les vengeances, parce que Lessius asseure que celuy qui a receu un soufflet ne peut pas avoir l’intention de s’en venger : mais il peut avoir celle d’éviter l’infamie, et pour cela de repousser à l’instant cette injure, et mesme à coups d’espée, etiam cum