Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/208

Cette page n’a pas encore été corrigée


192
ŒUVRES


faire croire en tous vos escrits, que c'est blesser l'honneur de l'Eglise, que de blesser celuyde vostre Societé. Et ainsi, mes Peres, il y auroit lieu de trouver estrange, que vous ne missiez ¹cette maxime en prattique. Car il ne faut plus dire de vous, comme font ceux qui ne vous connoissent pas : Comment ² voudroient-ils calomnier leurs ennemis, puisqu'ils ne le pourroient faire que par la perte de leur salut ? Mais il faut dire au contraire : Comment ³voudroient-ils perdre l'avantage de décrier leurs ennemis, puisqu'ils le peuvent faire sans hazarder leur salut ? Qu'on ne s'estonne donc plus de voir les Jesuites calomniateurs : ils le sont en seureté de conscience⁴, et rien ne les en peut empescher ; puisque par le credit qu'ils ont dans le monde, ils peuvent calomnier sans craindre la justice des hommes ; et que par celuy qu'ils se sont donnez sur les cas de conscience, ils ont estably des maximes pour le pouvoir faire sans craindre la justice de Dieu.

Voila, mes Peres, la source d'où naissent tant de noires impostures. Voila ce qui en a fait répandre à vostre P. Brisacier, jusqu'à s'attirer la Censure de feu M. l'Archevesque de Paris⁵ . Voila ce qui a porté

___________________________________________________________

1. A. [pas].

2. B. [ces bons Peres] voudroient-ils... ; d'après W : An boni illi Patres.

3. B. [ces bons Peres] voudroient-ils...; d'après W : An boni illi Patres.

4. Cf. Pensées, fr. 895, T. III, p. 328: « Jamais on ne fait le mal si pleinement et si gaiement que quand on le fait par conscience. »

5. Sur le livre de Brisacier, cf. la onzième Provinciale, supra T. V, pp. 328 sq. et 297.