Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/206

Cette page n’a pas encore été corrigée


190
ŒUVRES


sité de Prague (dont les Jesuites sont les maistres) de tous lesquels j'ay en main les approbations de mon opinion, escrites et signées de leur main ; outre que j'ay encore pour moy le P. de Pennalossa Jesuite, Predicateur de l'Empereur et du Roy d'Espagne, le P. Pilliceroli Jesuite, et bien d'autres qui avoient tous jugé cette opinion probable avant nostre dispute. Vous voyez bien, mes Peres, qu'il y a peu d'opinions que vous avez pris si à tasche d'establir ; comme il y en avoit peu dont vous eussiez tant de besoin. Et c'est pourquoy vous l'avez tellement autorisée que les Casuistes s'en servent comme d'un Principe indubitable. Il est constant, dit Caramouel¹ n. 1151. que c'est une opinion probable, qu'il n'y a point de peché mortel à calomnier faussement pour conserver son honneur. Car elle est soûtenuë par plus de vingt Docteurs graves, par Gaspar Hurtado, et Dicastillus Jesuites etc. de sorte que si cette doctrine n'estoit probable, à peine y en auroit il aucune qui le fust en toute la Theologie.

O Theologie abominable et si corrompuë en tous ses chefs, que ²s'il n'estoit probable et seur en conscience qu'on peut calomnier sans crime, pour conserver son honneur, à peine y auroit-il aucune de ses decisions qui ³le fust! Qu'il est vray-semblable, mes Peres, que ceux qui tiennent ce principe,

_____________________________________________________________

1. W. p. 550. — Cf. ce texte de Caramuel et le suivant, supra p. 176 sq.

2. B. si [selon ses maximes] il n'estoit.

3. B. fust [seûre].