Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/186

Cette page n’a pas encore été corrigée
170
ŒUVRES

« d’un honnete homme du bon parti ». Elle fut imprimée chez Langlois.


A. — TEXTES VISÉS PAR ARNAULD

[Arnauld]. — Reflexions sur un Decret de l’Inquisition de Rome portant defense de lire le Catechisme de la Grace et un autre catechisme contraire fait à Douay sous le mesme titre, Paris, 1651, 92 p. in-4°.

Advis au Lecteur. — …Il y a long temps que des personnes de pieté sont en peine de trouver par quelle regle de conscience les Jesuites peuvent tous les jours inventer tant de faussetez et d’impostures, pour décrier les veritez qui sont contraires à leurs mauvais sentimens, et deschirer les personnes qu’ils croyent nuire à leur reputation en combattant leurs erreurs soit theologiques, soit morales. Mais enfin ils nous ont mis hors de peine et nous ont descouvert eux-mesmes ce mystere si caché et si difficile à comprendre, car, soit qu’ils ayent creu par là intimider leurs adversaires, y ayant peu de personnes qui ne craignent la calomnie, sur tout estant repanduë par tant de bouches à la fois ; soit que Dieu l’ait ainsi permis pour descouvrir à tout le monde le fond de leur cœur, et mettre à couvert l’innocence des gens de bien contre les traits de ces langues envenimées, qui n’ont plus de force lors qu’on les connoist pour ce qu’elles sont : Leur aveuglement a esté jusques à ce point que de publier eux-mesmes, dans des Theses imprimées[1], et de soustenir dans

  1. « Ces theses ont esté soustenuës dans leur College de Louvain, sous le mesme Jesuite qui a fait les Theses contre M. d’Ipre, et on les a encore entre les mains » (note d’Arnauld). — Cf. l’écrit d’Arnauld intitulé Remonstrance aux Peres Jesuites, Touchant un Libelle, qu’ils ont fait courir dans Paris, sous ce faux tiltre Le Manifeste de la veritable doctrine des Jansenistes, telle qu’on la doit exposer au peuple, composé par l’Assemblée du P. — R. Paris, 1651, 49 p. in-4°, p. 3. … « Vous vous estes fait une nouvelle regle de conscience qui vous est particuliere, et qui se peut appeller l’Evangile de la calomnie et du pere de mensonge ; par laquelle vous soustenez :