Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/151

Cette page n’a pas encore été corrigée
135
QUATORZIÈME PROVINCIALE

ces deux conditions ne sont jointes, on peche soit en tuant avec son autorité, mais sans justice ; soit en tuant avec justice, mais sans son autorité. De la necessité de cette union il arrive selon S. Augustin 1 , que celuy qui sans autorité tuë un criminel, se rend criminel luy-mesme, par cette raison principale, qu’il usurpe une autorité que Dieu ne luy a pas donnée ; et les Juges au contraire qui ont cette autorité, sont neanmoins homicides, s’ils font mourir un innocent contre les loix qu’ils doivent suivre.

Voilà, mes Peres, les principes du repos et de la seüreté publique, qui ont esté receus dans tous les temps et dans tous les lieux, et sur lesquels tous les legislateurs du monde saints et prophanes ont estably leurs loix; sans que jamais les Payens mesmes aient apporté d’exception à cette regle, sinon lorsqu’on ne peut autrement éviter la perte de la pudicité ou de la vie ; parce qu’ils ont pensé qu’alors, comme dit Ciceron 2 , les loix mesmes semblent offrir leurs armes à ceux qui sont dans une telle necessité.

Mais que hors cette occasion dont je ne parle

__________________________________________________________

1. W. (I re édition) traduit le texte de Pascal sans citer St Augustin : mais les éditions postérieures ajoutent : hinc fit ex Aug. l. 22. contra Faust, ut in noxa sit « gui nulla superiori ac legitimà potestate vel jubente vel concedente, in sanguinem alicujus armatur » (c. 70.). Faugère a vu qu’il y a là une erreur. Pascal traduit en réalité un passage de la lettre 204. : Proinde guia omnis gui sine ulla legitimæ potestatis auctoritate hominem occidit, homicida est.

2. Cicéron, Pro Milone, III, 9 : Quodsi duodecim tabulæ nocturnum furem quoquo modo, diurnum autem, si se telo defenderet, interfici impune voluerunt, guis est gui, quoquo modo guis interfectus sit, puniendum putet cum videat aliquando gladium nobis ad hominem occidendum ab ipsis porrigi legibus.