Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/133

Cette page n’a pas encore été corrigée


117

INTRODUCTION

I. — HISTORIQUE.

Le Formulaire, dressé le Ier septembre 1656 par l’Assemblée du Clergé, avait soulevé de vives protestations. Le Ier octobre, parut une Lettre d’un Theologien à une personne de condition, où il declare les raisons qui l’obligent à ne pas soubscrire l’Ordonnance de Messeigneurs les Euesques assemblez au Louvre l’an 1654. et qui a esté ensuite confirmée en l’Assemblée generale du Clergé, tenuë à Paris, 1656, 16 p. in-4°. La lettre parut d’abord en latin, puis elle fut traduite en français; elle fit beaucoup de bruit ; le Père Fronteau, génovéfain, en était sans doute l’auteur. Le 16 octobre, le Pape Alexandre VII signait une nouvelle bulle confirmant celle d’Innocent X, et condamnant à nouveau les cinq propositions de Jansénius, mais elle fut longtemps tenue secrète et ne fut remise au roi qu’en mars 1607 (voir cette bulle supra p. 59, sqq.).

D’un autre côté, de Hodencq était accepté par le roi comme vicaire général du cardinal de Retz ; il s’empressait de faire les dernières informations sur le miracle de la Sainte Épine, et, le 22 octobre, il publiait la sentence d’approbation de ce miracle (cf.supra p. 65 sqq.). La joie allait donc éclater à Port-Royal au moment même où Pascal composait sa quatorzième Provinciale.

Les curés de Paris, poursuivant leur lutte contre la morale relâchée, demandèrent le 10 octobre audience à l’Assemblée du Clergé. Le 13, le curé Rousse exposa en leur nom, dans un long discours, les motifs qui avaient poussé ses confrères à ces démarches ; il défendit aussi la circulaire qu’ils avaient envoyée: s’ils avaient agi de la sorte, c’était que le diocèse de