Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/129

Cette page n’a pas encore été corrigée


VERS DE JACQUELINE PASCAL 113

XXIII

Je me trouve, Seigneur, dans ce penible etat ;

Je suis dans cette heureuse et sainte inquietude.

Mon cœur veut tesmoigner qu’il ne t’est pas ingrat;

Mais mon peu de pouvoir trahit ma gratitude.

Mille autres comme moy, dans ce trouble nouveau,

Se trouvant accablez sous un heureux fardeau,

Succombent sous le faix de ces graces ¹sensibles,

Et l’ardeur qui les rend saintement insensez,

Sachant que le discours ²n’en sauroit dire assez,

Invite à te benir les choses insensibles.


XXIV

En vain, pour satisfaire à ce juste devoir,

Le Prelat a rendu sa sentence publique,

Et par l’authorité d’un supresme pouvoir,

Decerné des honneurs à la sainte Relique.

En vain le peuple en foule, avecque mille vœux,

S’efforce ³de porter sa gloire jusqu’aux cieux;

⁴Meslant des pleurs de joye avec son humble hommage

Rien ne peut satisfaire un cœur reconnoissant,

Tout zele est froid pour luy, tout discours languissant,

Et, quoy qu’on puisse faire, il en veut davantage.


_________________________________________________________

1. G. [visibles].

2. G. [ne].

3. G. [d’elever],

4. G. [En vain tout l’Univers voudroit luy rendre] hommage.

2e série. III 8