Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/126

Cette page n’a pas encore été corrigée


110 ŒUVRES

Avec un plus devot que superbe appareil,

Ayant esté ¹receu dans ce saint monastere,

Les Vierges du Seigneur qui dans un si saint lieu

S’occupant ²nuit et jour des loüanges de Dieu,

Imitent dans ³leur chant les cantiques des Anges,

Allerent tour à tour chacune l’adorer,

Et sans autre dessein que de le reverer

Prioient avec ferveur en chantant ses loüanges.


XVII

L’état de la malade estant toujours egal,

Elle approche à son tour du sacré Reliquaire,

L’adorant simplement sans penser à son mal,

Sans mouvement secret, sans dessein, sans priere.

Toutefois sa maistresse ayant avec douleur

Consideré cet œil qui donnoit tant d’horreur,

Fut dans le mesme tems saintement inspirée,

Et sans faire pour l’heure autre reflexion,

Par le seul mouvement de sa compassion,

Fit toucher à son mal la relique sacrée.


XVIII

Icy, Seigneur, icy, j’ay besoin de secours ;

En vain à mon travail je consacre mes veilles

Le courage me manque avecque le discours;

Je n’ay point de couleurs pour peindre tes merveilles,

Mille pensers divers s’efforcent à la fois

D’emprunter pour sortir les accents de ma voix,

______________________________________________________

1. G. receu manque; le copiste qui a reproduit G. a écrit porté.

2. G. jour et nuit.

3. G. [leurs chants|.