Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/125

Cette page n’a pas encore été corrigée


VERS DE JACQUELINE PASCAL 109

XIV

Dans ce mois que Jesus mourant pour nostre amour¹,

A voulu consacrer de son sang adorable,

A l’heure de midy de ce celeste jour

Que son dernier festin nous rend si memorable.

Alors ce mal funeste, ou plutost bien heureux,

Puisqu’il devoit avoir un succés glorieux,

Semblant prendre à toute heure une vigueur nouvelle,

Pour la derniere fois on mande à ses parens

Que sans rien consulter ny perdre plus de tems,

Il faut enfin tenter cette cure cruelle.


XV

O merveille qu’un Dieu pouvoit seul operer !

Sa sainte Providence en cette conjoncture

Voulut ce mesme jour hautement declarer

Qu’il est le souverain de toute la nature.

A l’heure où ce Sauveur daigna mourir pour nous,

Apres avoir senti les injures des clous,

Les efforts de l’Enfer et toutes ²ses machines,

Et qu’un peuple inventif en son impieté,

Comme pour couronner toute sa cruauté,

Outragea son saint chef tout couronné d’épines,


XVI

Donc ³dans cette mesme heure et dans un jour pareil

Un reste precieux de ce sanglant mystere,

__________________________________________________________________

1. Note du ms. T. : « L’Eucharistie fut instituée le 24. de mars. »

2. G. [leurs].

3. G. [en].