Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/121

Cette page n’a pas encore été corrigée


VERS DE JACQUELINE PASCAL 105

Dans des troubles divers s’est fait voir en tout tems

Aussi fidelle à Dieu que sujette à son Prince ;

Et mesme lorsqu’ Henry, cet invincible Roy,

Sembloit avec raison, par l’erreur de sa foy,

Soulever contre luy tout le peuple fidelle,

Cette heureuse cité fit voir dans ce hasard

Qu’elle rendoit justice à Dieu comme à Cesar,

En conservant sa foy sans devenir rebelle.

V

Dieu par sa Providence ayant choisi ce lieu,

En tira le sujet d’un prodige visible,

Monstrant que quand il veut il sçait agir en Dieu,

Et tirer un grand bien du mal le plus horrible.

Un enfant de sept ans, fille d’un Senateur

Qui depuis fort longtems s’efforce avec honneur

De rendre en chaque cause un arrest equitable,

Sur l’ordre de celuy qui fait vivre et mourir,

Fut surprise d’un mal si penible à souffrir

Qu’elle eust touché le cœur le plus impitoyable.

VI

L’œil de cette petite en imminent danger,

Jettant incessamment une liqueur impure,

Obligeoit ses parens à ne rien negliger

Pour arrester le cours de cette pourriture.

Paris où tous les arts se sçavent signaler,

Les voit venir chez elle ou plutost y voler,

Pour trouver un remede à ce mal qui s’obstine.

Mais n’estant pas un mal facile à secourir,

L’avis des medecins est qu’il ne peut guerir

Sans appliquer le feu jusque dans la racine.