Page:Œuvres de Blaise Pascal, IV.djvu/79

Cette page n’a pas encore été corrigée


INTRODUCTION LXI

palement M. Jovy, qui a repris dans son ensemble le procès de Lalouère contre Pascal dans le premier volume de son Pascal inédit (Vitry-le-François, 1908).

Nous devons ajouter qu’il s’est également trouvé un bon nombre d’historiens modernes qui ont refusé de prendre parti, et qui ont pensé pouvoir expliquer les malentendus survenus entre Pascal et ses correspondants sans accuser personne de mauvaise foi ; tel est le cas de Paul Tannery qui écrivit à deux reprises sur Lalouère, avant et après la publication faite par le Père Colombier.

Nous n’avons pas à insister sur les erreurs de fait que contient l’ Histoire de la Roulette et que nous avons relevées dans notre introduction spéciale 1 . Ce n’est pas le savant qui est ici en cause, c’est l’historien. Il est certain que Pascal a écrit trop légèrement, en se fiant à des hommes suspects de partialité, peut-être à Roberval lui-même 2 .

Nous nous bornerons aux questions soulevées par le concours lui-même. Pascal y a-t-il fait preuve d’une raideur formaliste, d’un esprit de chicane, particulièrement déplacés en pareille matière ? A-t-il refusé le prix légitimement acquis par des savants qui avaient répondu à son appel ?

Un seul, Wallis, se mit officiellement sur les rangs ; il avait, en temps voulu, fait déposer chez Carcavi un mémoire qui était certainement remarquable, mais qui demeurait incomplet et qui avait été rédigé avec trop de hâte. Il est vrai que Wallis avait été pris de court: aussi annonçait-il qu’il corrigerait ultérieurement son mémoire;

_______________________________________________________________

1. Cf. T. VIII, p. 181 et suiv.

2. M. Stuyvaert a même été jusqu’à supposer que l Histoire de la Houlette a été écrite par Roberval lui-même, et que Pascal n’aurait fait que la publier (Sur l’auteur de « l’Histoire de la Roulette» publiée par Biaise Pascal, apud Bibliotheca mathematica, 1908, p. 170).