Page:Œuvres de Blaise Pascal, IV.djvu/452

Cette page n’a pas encore été corrigée


336

APPENDICE

AUTRES RÉCITS DU MIRACLE DE LA SAINTE ÉPINE

Parmi les documents, qui nous fournissent de nouveaux renseignements originaux sur les circonstances du miracle, c’est le récit d’Antoine Le Maître, dans la Réponse au Rabat-Joie 1 , qui est le plus autorisé ; il a été fait sur les témoignages les plus importants, que l’on s’était préoccupé de recueillir aussi- tôt après que le miracle eût été divulgué ; il fut publié dès septembre 1656, comme étant la relation officielle du monastère. Nous publions d’abord ce récit.

Nous donnons ensuite quelques extraits de l’ Abrégé de l’Histoire de Port-Royal (d’après une copie manuscrite du XVIII e siècle, publiée par M. A. Gazier, 1908, p. 77 sqq.). Racine, qui a voulu rapporter ici «jusqu’aux plus petites circonstances » de cet événement, s’y est inspiré de l’écrit de Le Maître, mais il a puisé aussi à des sources directes, aujourd’hui disparues.

Nous reproduisons aussi un fragment du journal de Baudry d’Asson, et une lettre de la Mère Angélique à la reine de Pologne. Le premier de ces témoins était caché à Paris avec Arnauld; il voyait Pascal chaque jour; la seconde était alors au monastère des Champs ; l’un et l’autre n’ont parlé que par ouï-dire, et cela explique les erreurs que renferment leurs relations.

Nous laissons de côté les pages où Fontaine dans son

_____________________________________________________________

1 . Une première édition de cet écrit intitulé : Rabat-Joye des Jansénistes, ou observations necessaires sur ce qu’on dit estre arrivé au Port-Royal, au sujet de la sainte Epine. Par un Docteur de l’Eglise Catholique, 16 p. in-4°, parut vers le 23 août 1656. Le P. Annat semble bien être l’auteur de cet ouvrage.