Page:Œuvres de Blaise Pascal, IV.djvu/346

Cette page n’a pas encore été corrigée


240

ŒUVRES

de desordres. Qu’on ne peut dire sans folie que ces personnes ne commettent jamais de crimes, sans avoir quelque mouvement de prier Dieu.

... Quant [à ceux] qui vivent dans le libertinage et dans un entier abandonnement aux vices et aux desordres, ne seroit-ce pas une extravagance incroyable de s’imaginer, que ces perdus ne fissent jamais de débauches ; ne deshonorassent jamais Dieu par leurs blasphemes horribles ; ne violassent jamais la saincteté de son nom par leurs parjures; ne fissent jamais de desseins sur la chasteté des femmes, qui sont des adulteres interieurs, selon l’Evangile ; n’assouvissent jamais leurs passions brutales et criminelles ; ne formassent jamais de desirs de haine et de vengeance ; n’exerçassent jamais de violences et d’outrages ; ne commissent jamais d’injustices, de rapines, et de voleries ; ne dechirassent jamais par leurs médisances et leurs calomnies la reputation de ceux qu’ils haïssent ; ne negligeassent jamais de satisfaire aux devoirs d’un Chrestien, comme d’observer les jeusnes, et de recevoir les sacremens au temps commandé ; Et enfin ne fissent jamais le mal qu’ils sont obligez de fuir, et n’obmissent jamais le bien qu’ils sont obligez de faire, sans avoir actuellement dans l’esprit ce que M. Le Moine juge necessaire, afin qu’une action puisse estre veritablement peché, qui est de penser qu’estant foibles ils ont besoin de prier Dieu afin qu’il les assiste de sa grace?... [p. 257 sq.]

p. 1012. Art. XXIII . — XI Exemple. Des Justes qui pechent par ignorance ou par surprise. Refutation en passant de l’heresie qu’il avance contre le Concile de Trente qu’absolument parlant tous les Justes peuvent eviter tous les pechez mesme véniels avec les secours ordinaires de la grace actuelle.

... C’est ce qui fait que M. Le Moine pretend, que ce qu’il enseigne généralement de tous les hommes, qu’ils ont tousjours une grace suffisante, qui est la grace de la priere, pour ne point tomber dans le peché, laquelle s’ils n’avoient pas ils ne seroient pas coupables dans leurs pechez, est particulierement vray des justes ; et c’est aussi ce que nous ferons voir aisément