Page:Œuvres de Blaise Pascal, IV.djvu/200

Cette page n’a pas encore été corrigée


96 ŒUVRES

labit: Et les supporter cependant avec charité et humilité, en les traitant comme leurs freres pour les conserver dans l’unité catholique, et les rendre capables de recevoir la lumiere qui leur manqueroit, sur tout en des choses qui ne portent aucun prejudice à la foy et à la doctrine de l’Eglise ?

Car si les Jesuites, qui ont soustenu que les livres de Marcel d’Angory remplis d’erreurs et d’heresies ont esté approuvez comme orthodoxes par un Pape et par un Concile general, ne laissent pas d’estre catholiques. Si d’autres Jesuites et divers auteurs catholiques avant eux ont pretendu qu’on pouvoit absoudre un auteur condamné depuis sa mort dans toute la terre, Toto orbe damnatum comme S. Hierôme dit d’Origene. Et si encore qu’un Concile general ait dit : Anatheme à ceux qui n’anathematizeront pas Origene, ils n’ont point cessé d’estre catholiques pour avoir publié des livres qui portent pour titre, La Deffense d’Origene, Origenes defensus, et du salut d’Origene. Si le Concile general crût pouvoir condamner comme impie une lettre d’un Evesque mort catholique sans faire tort au Concile œcumenique de Chalcedoine, où cette mesme lettre avoit esté leüe publiquement, sans avoir esté marquée d’aucune censure, et si le Pape Pelage II n’a rien avancé de contraire à l’autorité des Conciles Œcumeniques, lors qu’il a dit sur ce sujet : Specialis Synodalium Conciliorum causa est fides. Quidquid ergo præter fidem agitur nihit obstat si ad judicium revocetur. Que la foy est le sujet particulier pour lequel on assemble les Conciles. C’est pourquoy tout ce qui s’y resout hors la foy peut estre examiné et jugé de nouveau. Si les Jesuites et d’autres Theologiens ont crû pouvoir sans cesser d’estre catholiques soustenir comme, orthodoxes les escrits de Theodoret l’un des plus sçavans Evesques de