Page:Œuvres de Blaise Pascal, IV.djvu/161

Cette page n’a pas encore été corrigée


ENTRETIEN AVEC SACI 57

M. de Sacy y estant venu tout d’un coup par la claire veuë du Christianisme, et M. Pascal n’y estant arrivé qu’après beaucoup de tours en s’attachant aux principes de ces philosophes.

Lorsque M. de Sacy et tout Port-Royal des Champs estoient ainsi tout occupez de la joye que causoit la conversion et la veue de M. Pascal et qu’on y admiroit la force toute-puissante de la grace qui, par une misericorde dont il y a peu d’exemples, avoit si profondement abaissé cet esprit si elevé de luy-mesme, on le fut encore bien plus, vers le mesme tems, du changement presque miraculeux d’une autre personne [M. Richer, avocat], qui combla de joye tout ce desert....







__________