Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/573

Cette page n’a pas encore été corrigée


LETTRE DE BLAISE PASCAL 533

oste au corps la liberté de pécher, quand elle délivre l'ame d'un rebelle 1res puissant et contredisant tous les motifs de son salut, il est très injuste d'en con- server les mesmes sentim'ens.

Ne quittons donc pas cet amour que la nature nous a donné pour la vie, puisque nous l'avons reçu de Dieu : mais que ce soit pour la mesme vie pour laquelle Dieu nous l'a donné, et non pas pour un objet contraire.

Et^ en consentant à l'amour qu'Adam avoit pour sa vie innocente, et que Jesus-Christ mesme a eu pour la sienne^ et qui a paru par ses répugnances à souffrir la mort, portons nous à haïr une vie con- traire à celle que Jesus-Ghrist a aimée, et^ à n'ap- préhender que la mort que Jesus-Ghrist a appré- hendée, qui arrive à un corps agréable à Dieu ; mais non pas à craindre une mort* contraire, qui, punissant un corps coupable et purgeant un corps vicieux, nous doit donner des sentimens tout contraires, si nous avons un peu de foy, d'es- pérance et de charité.

G'est un° des grands principes du Christianisme, que^ tout ce qui est arrivé à Jésus-Ghrist doit se passer"' et dans l'ame et dans le corps de chaque

��1. Et dans G et dans Port-Royal, manque dans les autres textes.

2. Depuis et qui à la mort, dans G seulement.

3. G n'appréhendons.

h. Contraire supprimé dans 1670.

5. G très O P cjrnd.

6. Tout manque dans G.

•7. Et dans G et 1670 ; manque ailleurs.

�� �