Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/57

Cette page n’a pas encore été corrigée


LETTRE DE JACQUELINE PASCAL A MADAME PERIER 41

nous avons surtout à retenir l'impression que Descartes pro- duisit sur Pascal. Sous l'influence peut-être deRoberval, Pas- cal vit dans Descartes le type du métaphysicien préoccupé de thèses a priori, telles que l'existence de la matière subtile, dé- cidé à soutenir son système à l'aide de principes absolus ou de raisonnements purs, indépendamment et à l'encontre même de l'expérience. Dans ces conditions il semble bien, ou qu'il n'ait pas songé à lui demander, ou qu'il n'ait pas eu con- science d'avoir reçu de lui, un plan déterminé de recherche expérimentale. Les deux génies n'étaient pas nés pour se comprendre: de là le malentendu qui surgit entre eux, mais qui ne paraît pas avoir laissé de traces bien profondes si on en juge par le ton des lettres de Chanut à Perieren i65o*, et par l'hommage que Pascal rend à Descartes dans un frag- ment qui paraît être de 1658^.

��ces articles dans notre Introduction; nous y avons aussi mentionné les articles de M. Mathieu (^Pascal et l'expérience du Puy-de-Dôme, Revue de Paris, avril-mai rgoô et mars-avril 1907). Cf. les apprécia- tions fort judicieuses qu'à la suite de ces derniers articles MxM. jMilhaud (Revue scientifique, 22 juin 1 907, p. 7/49) et Strowski (Histoire de Pascal, ch. VII, p. 178) ont formulées sur l'exacte portée des revendications de Descartes.

1. Vide infra, p. 4 1 3-4x5 et p. 437-438.

2. Réflexions sur l'Art de persuader, 4^édit. in-i6, Hachette, 1907, p. 198. Ces Réflexions sont contemporaines de la lettre où Meré écrit à Pascal : a Descartes que vous estimez tant. . . » Œuvres posthumes^ t. II, 1712, p. 68.

�� �